La poule qui pondait des œufs à ARN messager

Le projet de levée des brevets des vaccins contre le Covid-19 met en péril la recherche à long terme. Contre les nouveaux variants, mais aussi contre les futurs virus. Et cela ne répondra à aucun besoin concret sanitaire, uniquement idéologique.

Les fables de La Fontaine regorgent de bons principes dont on devrait s’inspirer. Malheureusement, on s’arrête trop souvent au milieu des histoires, en négligeant sciemment la morale de l’affaire.

Prenez la poule aux œufs d’or. Pas le jeu télévisé amoral, mais la fable. Le fermier, impatient de voir sa poule ne pondre qu’un œuf d’or par jour, finit par la trucider en espérant y trouver un trésor. Et Jean de La Fontaine de conclure: «L’avarice perd tout en voulant tout gagner.»

Dans nos démocraties occidentales, le plus beau de nos biens, notre poule aux œufs d’or, c’est sans doute notre capacité d’innovation. Ces grandes universités, ces entreprises qui vous envoient dans l’espace ou ces chercheurs qui inventent des microprocesseurs de la taille d’un atome.

Il nous aura fallu des siècles pour nous débarrasser de la rage, de la peste ou de la polio. C’est l’intelligence qui a vaincu. De 1900 à 2000, les progrès de la science ont permis d’augmenter l’espérance de vie de 49 à 80 ans. Inlassablement, notre poule aux œufs d’or a produit ces petits miracles technologiques qui rendent le monde meilleur.

Vous me voyez venir. En à peine six mois, des laboratoires du monde entier sont parvenus à créer une solution hyper-efficace pour mettre un terme à un fléau que nous n’avions pas connu depuis cent ans, le Covid-19. Avec un succès extraordinaire. Et selon les prévisions, on devrait disposer d’au moins une dose par être humain d’ici à la fin de l’année.

Alors, que demander de plus?

Comme dans la fable, tuer la poule. Une certaine gauche altermondialiste, emmenée par Joe Biden, s’offusque moins de la pandémie que du succès des firmes qui lui ont trouvé une parade: il faudrait au plus vite exproprier les brevets. On dépècera la bête, on extirpera l’ARN de son estomac et chacun fabriquera des vaccins dans sa cuisine.

A suivre les efforts de Lonza pour augmenter sa production de Viège – déléguée par Moderna, faut-il le rappeler? – la partie s’annonce plus compliquée. On peut aussi douter que la poule déplumée produira encore beaucoup de remèdes contre les futurs virus qu’on nous annonce par légions ou contre les variants aux noms de pays tropicaux. Et puis, les besoins en vaccins étant couverts d’ici à la fin de l’année grâce à l’industrie, le projet américain répond davantage à des visées doctrinales que sanitaires.

Si le temps donne raison à Joe Biden, nous laisserons alors aux administrations publiques et aux idéologues de tout poil le soin d’inventer les remèdes contre les nouvelles maladies. Et l’on mourra probablement plus longtemps, mais dans l’égalité et la fraternité.

Le prix unique du livre, quarante ans de retard

Retour du débat, dix ans après avoir été refusé par le peuple. Rien n’a changé depuis. Or, comparer les marchés français (avec prix unique) et le marché suisse (sans) durant cette période, plaide clairement en défaveur de cette solution technocratique.

L’idée avait trente ans de retard, elle en aura quarante cette année. Le prix unique du livre, ce machin économico-administratif fait son retour , dix ans après avoir été sèchement balayé par un peuple bien avisé.

L’instrument législatif naît de l’espoir romantique qu’une intervention publique fondée sur la noble idée d’une culture sortie artificiellement de toutes les contraintes du marché foisonnera comme jamais. Le livre n’est pas un bien comme un autre. C’est vrai. Qu’a-t-on gagné à le dire ou à l’écrire?

Des doutes…

La Suisse a perdu un peu moins d’un cinquième de ses librairies depuis la votation de 2012. C’est triste. Doit-on nécessairement attribuer ce résultat à l’absence de prix unique du livre? Depuis dix ans, les ouvrages électroniques ont pris quelques parts de marché. Pas immenses, mais tout de même: 25% des lecteurs affirment lire parfois sur tablette. Parallèlement, l’ensemble du commerce de détail souffre de la concurrence du commerce en ligne et des changements d’habitudes de consommation des lecteurs. Est-ce que les librairies ont plus souffert que les disquaires, les magasins de vêtements, les vidéoclubs ou les salles de cinéma? J’en doute.

En vrai, le livre se porte plutôt bien. Il tire même son épingle du jeu. Depuis 2014, les Suisses n’ont pas notablement changé leurs habitudes de lecture et Le Temps titrait même en 2019: «La Suisse romande, où le livre résiste» . A titre de comparaison, le pays qui pratique le prix unique, inventé par Jack Lang, souffre d’une grave érosion des ventes de livres, en volume et en valeur, et cela en chiffres absolus. Cocasse: c’est là où le prix est unique que le livre se casse le plus la figure.

Un élan élitiste puant

Ainsi, la mort du marché du livre en Suisse que l’on nous annonçait avec le rejet de la loi ne s’est pas produite, tant s’en faut. Par contre, rien n’a fondamentalement changé depuis l’époque, hormis l’accentuation de tendances déjà bien marquées et qui n’ont pas à être jaugées sous un angle moral tant elles découlent des choix assumés et légitimes des lecteurs.

A l’inverse, introduire un prix unique du livre aujourd’hui reviendrait à créer un monopole de distribution absolu pour les importateurs «officiels» qui appliquent des tarifs souvent exorbitants au regard du taux de change. C’est empêcher les petits budgets de profiter des offres en ligne ou, dans un élan élitiste puant, refuser aux lecteurs occasionnels le droit d’acquérir à des prix abordables les best-sellers qu’on trouve, ma foi, sur les étals des supermarchés. Parce qu’une culture populaire n’est pas seulement celle de l’entre-soi, mais celle de toutes et tous, sans privilèges.