Le prix unique du livre, quarante ans de retard

Philippe Nantermod

Philippe Nantermod

Le prix unique du livre, quarante ans de retard

Retour du débat, dix ans après avoir été refusé par le peuple. Rien n’a changé depuis. Or, comparer les marchés français (avec prix unique) et le marché suisse (sans) durant cette période, plaide clairement en défaveur de cette solution technocratique.

L’idée avait trente ans de retard, elle en aura quarante cette année. Le prix unique du livre, ce machin économico-administratif fait son retour , dix ans après avoir été sèchement balayé par un peuple bien avisé.

L’instrument législatif naît de l’espoir romantique qu’une intervention publique fondée sur la noble idée d’une culture sortie artificiellement de toutes les contraintes du marché foisonnera comme jamais. Le livre n’est pas un bien comme un autre. C’est vrai. Qu’a-t-on gagné à le dire ou à l’écrire?

Des doutes…

La Suisse a perdu un peu moins d’un cinquième de ses librairies depuis la votation de 2012. C’est triste. Doit-on nécessairement attribuer ce résultat à l’absence de prix unique du livre? Depuis dix ans, les ouvrages électroniques ont pris quelques parts de marché. Pas immenses, mais tout de même: 25% des lecteurs affirment lire parfois sur tablette. Parallèlement, l’ensemble du commerce de détail souffre de la concurrence du commerce en ligne et des changements d’habitudes de consommation des lecteurs. Est-ce que les librairies ont plus souffert que les disquaires, les magasins de vêtements, les vidéoclubs ou les salles de cinéma? J’en doute.

En vrai, le livre se porte plutôt bien. Il tire même son épingle du jeu. Depuis 2014, les Suisses n’ont pas notablement changé leurs habitudes de lecture et Le Temps titrait même en 2019: «La Suisse romande, où le livre résiste» . A titre de comparaison, le pays qui pratique le prix unique, inventé par Jack Lang, souffre d’une grave érosion des ventes de livres, en volume et en valeur, et cela en chiffres absolus. Cocasse: c’est là où le prix est unique que le livre se casse le plus la figure.

Un élan élitiste puant

Ainsi, la mort du marché du livre en Suisse que l’on nous annonçait avec le rejet de la loi ne s’est pas produite, tant s’en faut. Par contre, rien n’a fondamentalement changé depuis l’époque, hormis l’accentuation de tendances déjà bien marquées et qui n’ont pas à être jaugées sous un angle moral tant elles découlent des choix assumés et légitimes des lecteurs.

A l’inverse, introduire un prix unique du livre aujourd’hui reviendrait à créer un monopole de distribution absolu pour les importateurs «officiels» qui appliquent des tarifs souvent exorbitants au regard du taux de change. C’est empêcher les petits budgets de profiter des offres en ligne ou, dans un élan élitiste puant, refuser aux lecteurs occasionnels le droit d’acquérir à des prix abordables les best-sellers qu’on trouve, ma foi, sur les étals des supermarchés. Parce qu’une culture populaire n’est pas seulement celle de l’entre-soi, mais celle de toutes et tous, sans privilèges.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire, exprimez-vous ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

 Facebook

Twitter

@nantermod