La politique sans les partis

Philippe Nantermod

Philippe Nantermod

La politique sans les partis

Publié dans le Temps, le 9 avril 2018. 
” L’appel citoyen ” veut proposer en Valais des listes sans étiquette partisane, mais aussi sans programme commun, snobant les partis politiques. Il est pourtant bon de se rappeler que ce sont les partis qui assurent le débat démocratique. Pas étonnant d’ailleurs qu’ils comptent en général parmi les premières victimes des totalitarismes.
Avec le retard convenu d’un canton à majorité conservatrice, les Valaisans allons réviser aussi notre constitution. Avant dernier canton, on s’inspirera du travail des autres. C’est une assemblée constituante qui rédigera le nouveau texte. Élue à la fin de l’année.
Un mouvement autoproclamé ” citoyen ” prétend dépasser les clivages partisans en proposant des listes communes. Sur ces listes figureront des personnalités que rien ne rassemble. En tout cas pas un projet politique. Faire de la politique sans parti est une mode qui rejaillit de temps à autres. Le débat politique est stérile pense-t-on. Alors on l’anesthésie. On affirme une fois pour toutes que tout le monde est en réalité du même avis. Que ce sont les étiquettes qui créent la confrontation, pas les opinions.
Un temps, les partisans de la présomptueuse ” société civile ” ont même soutenu l’idée de ne présenter qu’une liste réunissant tous les partis. Sans ces combats politiques ennuyants. Un petit groupe décide seul de ceux qui méritent de représenter le peuple. Et finalement, une élection tacite, c’est plus économique. Même Poutine n’a pas osé.
Toutes les idées ne se valent pas. J’espère toujours une défaite cuisante de mes adversaires politiques. Non qu’ils me soient antipathiques. Mais je ne crois pas à leur projet de société, à défaut de quoi j’y adhérerait. Cela est encore plus flagrant pour la rédaction d’une constitution. Droit de vote des étrangers, frein aux dépenses, rôle de l’Etat : on n’appuie pas sur le même bouton que l’on soit libéral, socialiste ou conservateur.
Pourtant, la pluralité partisane a mauvaise presse. Et pas seulement dans les grandes démocraties russes ou vénézuéliennes. Chez nous aussi, on tend à prendre l’affirmation de valeurs pour une forme de sectarisme.
C’est pourtant méconnaître le fonctionnement de la démocratie. Elle impose le pluralisme et la confrontation des idées. Avec, à la fin, un gagnant et un perdant. Vouloir faire de la politique sans parti, c’est comme aimer le football sans équipe. Des joueurs qui courent dans tous les sens, sans direction et sans but. Un spectacle qui perd tant de sa substance que de son intérêt.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire, exprimez-vous ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

 Facebook

Twitter

@nantermod

Instagram 

@nantermod