Une taxe payée par tous pour compenser le vol de quelques uns ?

Philippe Nantermod

Philippe Nantermod

Une taxe payée par tous pour compenser le vol de quelques uns ?

Que diriez-vous de payer une taxe de 10 ct. par centimètre cube de chaque réfrigérateur vendu pour amortir les coûts du vol à l’étalage ? Naturellement, chacun d’entre nous considérerait cela comme du vol organisé, comme le report sur les honnêtes citoyens des méfaits des autres.
C’est pourtant ce que pratique l’organisme de redistribution des droits d’auteur, qui prélève une taxe relativement importante sur l’acquisition de chaque objet qui pourrait permettre de diffuser de la musique. Les sociétés de droit d’auteurs proposent et sont sur le point d’obtenir l’extension de cet impôt à tous les appareils qui permettent de diffuser de la musique, à savoir les téléphones portables, les tablettes numériques, les clés USB. On peut imaginer à terme que la taxe frappera aveuglément les consoles de jeux vidéo, les télévisions, les autoradios et, vu l’omniprésence de la technologie dans notre quotidien, on peut s’attendre à terme une taxe similaire sur les appareils électroménagers.
Ces objets sont multifonctions et la musique n’est qu’une possibilité d’exploitation parmi des milliers d’autres. Ils sont notamment utilisés massivement dans le milieu professionnel et il n’est pas incongru d’imaginer qu’un téléphone portable puisse servir à tout autre chose qu’à écouter de la musique. Pourtant, il sera prochainement taxé pour compenser le préjudice que la copie fait subir aux artistes.
Les sociétés de droits d’auteur arguent que le paiement de la taxe compense un droit à la copie privée préjudiciable pour les auteurs. L’industrie musicale s’acharne pourtant depuis des années à limiter au maximum la possibilité de copier leur musique. Les disques de dernière génération disposent de mécanismes de verrouillage empêchant toute reproduction et la musique acquise légalement sur Internet – via iTunes par exemple – ne peut pas être diffusée au-delà de son propre périphérique.
L’industrie musicale a déjà raté une première fois le virage des nouvelles technologies. Les droits d’auteur sont bafoués par le téléchargement illicite et les nombreux procès n’ont jusqu’ici pas permis de l’enrayer. Alors que l’on cherche à limiter ces pratiques et à faire prendre conscience de la nécessité de protéger les artistes, on admet l’idée de prélever une redevance qui légitime d’une manière inacceptable des comportements illégaux.
Ces taxes, une fois de plus, pénalisent les consommateurs honnêtes qui paient deux fois leurs droits d’auteur : lors de l’achat du support et lors de l’acquisition de la musique. Les pirates, eux, ne paient qu’une seule fois, et un montant dérisoire au regard de tout ce qu’ils pourront copier. Une pétition demandant la suppression de cette taxe a été lancée, sur le site www.tropdetaxes.ch. Je ne saurais qu’inviter les lecteurs à la signer, histoire de montrer que nous ne sommes pas toujours prêts à nous laisser tondre.
Publié le 20 janvier 2011, dans le Nouvelliste

Commentaires

  1. Ou est le vol?
    > vol
    Action de s’approprier ce qui appartient à autrui.
    Objet volé.
    Fait de vendre des objets à un prix qui excède largement leur valeur réelle.
    > voler
    Prendre furtivement ou par force le bien d’autrui.
    Il ne l’a pas volé: il l’a bien mérité.
    De plus les prix du dématérialisé sont bien plus haut en Suisse qu’au US et bien plus haut que leur valeur réelle. Donc si il y a vol, c’est bien de la part de l’industrie musicale.

  2. Essaie le site que je t’ai donné. Si tu trouves plus simple que ça tu me redis.
    On nous a arnaqué des années entières en nous refourguant des cd dont seulement 2 plages nous intéressaient ou alors des single à 10.- chez City Disc, ils ont donc pu amplement gagné la différence qu’ils perdent maintenant.
    Les plus âgés ne craquent pas… humm je connais beaucoup qui font le contraire et les parents (comme les miens) de jeunes « bidouilleurs » leur demande de craquer tel ou tel son.
    Maintenant je ne sais pas quoi penser mais si tu as une vidéo sur youtube et que tu la converti en format mp3 c’est légal ou illégal ???
    Humm on va y aller pour la deuxième possibilité 😉

  3. Certains n’est pas tout faux à mon avis… On exagère le nombre de personnes qui piratent je pense. Notre génération, oui, mais la génération d’avant est certainement beaucoup moins accro. Perso, si je téléchargeais illégalement à 20 ans, aujourd’hui, bof. Je paie mes chansons sur iTunes, c’est plus simple et pas cher.

  4. Je suis tout à fait contre cette taxe inutile, c’est certain.
    Maintenant de dire que « seulement » certains craquent leur musique, ça c’est bien mois sûr.
    D’ailleurs je vous conseille http://www.video2mp3.net qui ne craque PAS la musique mais qui convertit un fichier mp4 (Youtube, Dailymotion) en mp3 😉


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Actualité

 Facebook

Twitter

@nantermod