Investissements ferroviaires valaisans : revoir les priorités…

Philippe Nantermod

Philippe Nantermod

Investissements ferroviaires valaisans : revoir les priorités…

Annoncé en grande pompe, le Conseil d’Etat s’engage pour un « projet phare » pour le tourisme et l’économie : un nouveau chemin de fer reliera dès 2025 Berne à la Vallée de Conche, avec un tunnel de 22 kilomètres. L’on apprend que cette « dernière pièce manquante » du puzzle ferroviaire alpin bénéficiera du fonds des infrastructures fédéral, le FAIF. Coût de l’opération : 580 millions de francs.
Lors de l’inauguration de la rame de chemin de fer « Valais/Wallis », le conseiller d’Etat en charge des transports expliquait les miracles du Lötschberg qui nous rapproche de Berne et de Zurich et s’engageait pour l’équipement du deuxième tube, pour être encore plus proche de la Suisse alémanique. Coût de l’opération : environ un milliard de francs.
Tout cela, sans un mot pour le Valais romand qui se tourne vers l’arc lémanique.
Plus des trois quarts des Valaisans sont romands. Les citoyens de Sierre, Sion, Martigny ou Monthey pendulent dans la Riviera, étudient à Lausanne, prennent l’avion à Cointrin et voyagent en Suisse romande. Lorsque l’on habite le Valais romand, notre destination naturelle n’est pas Thoune, Spiez, Andermatt ou Berne.
Depuis des années, les priorités d’infrastructures du Conseil d’Etat sont dirigées vers la Suisse alémanique, oubliant complètement la majorité du canton, celle qui paie l’essentiel des impôts.
En 2016, Monthey, petit village chablaisien fort de 18’000 habitants, n’est toujours pas sur la ligne principale des CFF.
Pire : alors que des trains tout neufs à wagon restaurant circulent depuis Viège, la correspondance n’est désormais plus assurée à St-Maurice pour rejoindre le vieux régional en direction de Monthey. Il y a un mot pour décrire ce que l’on a l’impression de valoir, mais la bienséance m’interdit d’en faire usage.
Obergoms et ses 500 habitants auront leurs 22 kilomètres de tunnel percé dans le granit, leur train tout neuf et connaissent la date de réalisation de l’ouvrage, 2025. Il ne leur manque que la couleur des sièges.
Par contre, lorsque j’ai le malheur de poser la question de la liaison directe par Monthey qui nécessite deux kilomètres de voie en zone agricole, on m’explique que c’est financièrement hors de prix, et que c’est techniquement irréaliste. Si l’on accepte d’en parler, c’est pour dire que ce sera peut-être étudié dans un avenir très lointain. On me dit que je suis un doux rêveur, quand on ne m’accuse pas de n’être qu’un vil politicien populiste.
A l’approche des élections, l’on comprend que certains doivent impérativement séduire les électeurs outre-Raspille, mais le Valais romand existe aussi et aimerait aussi bénéficier de l’attention qu’il mérite. En faisant passer une fois Monthey avant Obergoms, par exemple.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire, exprimez-vous ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Actualité

 Facebook

Twitter

@nantermod

Instagram 

@nantermod