Shift Project, l’écologie de la culpabilité

Philippe Nantermod

Philippe Nantermod

Shift Project, l’écologie de la culpabilité

Le Shift Project a estimé les coûts en carbone de la consommation de vidéo sur Internet. Avec des chiffres astronomiques et inquiétants. Ils sont toutefois tout théorique et ne servent qu’à alimenter une idéologie décroissante.

Regarder un film sur Netflix, c’est comme rouler 400 mètres en voiture. Le slogan claque. Depuis que notre hebdomadaire dominical a repris cette formule, on entend dans la campagne sur la loi CO2 des avis horrifiés de citoyens écrasés sous le poids d’une écologie culpabilisante. On savait que les voitures détruisaient notre climat. Comme les sacs plastiques. Les chaudières à mazout. Le béton. La viande. Les voyages en avion. Et les voyages tout court finalement. Et maintenant, si vous restez chez vous, penard devant la télé, sauf à lire de vieux romans de deuxième main à la lumière d’une bougie, le chauffage coupé, vous êtes aussi un assassin de la planète.

A ce stade, le suicide collectif devient forcément la seule option raisonnable pour répondre aux injonctions de XR et autres prophètes des lendemains qui s’effondrent. Au risque de me faire encore plus détester des manifestants du vendredi, j’aimerais relativiser les prétendues études relayées dans la presse dominicale.

Escroquerie intellectuelle

Nos téléphones, ordinateurs et télévisions ne carburent pas au charbon. Ni les bornes 4G des opérateurs ou les data centers des Gafam. Mieux, Netflix a installé chez les fournisseurs internet, en Suisse, des serveurs miroirs. Ainsi, lorsqu’on «stream» une série américaine, elle ne vient pas de plus loin que Zurich. Et une société comme Google, par exemple, garantit l’utilisation de courant 100% renouvelable.

Mais pourquoi alors cette infernale équation planèticide? Selon le «Shift Project» à l’origine du calcul, on a tenu compte du mix électrique mondial pour compter vos émissions de CO2. Ainsi, lorsque vous allumez votre télévision, les culpabilisateurs calculent vos émissions de gaz à effet de serre comme si vous utilisiez le courant électrique de Shanghai, pas des plus propres. On est à la limite de l’escroquerie intellectuelle.

Le vrai problème est celui de la production d’électricité. Dans une société où l’on veut remplacer les voitures thermiques par des électriques, installer de la géothermie partout, il faudra des électrons. Et pas qu’un peu. Or, pour que cette transition soit positive pour le climat, encore faudra-t-il que le mix électrique soit propre. Jusqu’ici, la Suisse est un modèle en la matière. Hydroélectricité et nucléaire sont quasiment neutres d’un point de vue climatique. Et c’est là le vrai débat que les écologistes esquivent sciemment: comment garder cet acquis en renonçant à l’atome ?

 

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire, exprimez-vous ci-dessous!


Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

 Facebook

Twitter

@nantermod